Pignon_sur_rue_barometre_villes_cyclables_2018

Baromètre des villes cyclables : Résultat moyen pour Lyon

Le 17 mars 2018, la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) a publié les résultats du très attendu baromètre des villes cyclables. Cette grande enquête nationale a recueilli l’avis de 113 000 Français sur leur usage du vélo au quotidien. Lyon est arrivée 5ème de la catégorie des villes de plus de 250 000 habitants, derrière Strasbourg, Nantes et Bordeaux. Pour Pignon sur Rue et La Ville à Vélo, la ville est sur la bonne voie. Mais elle doit changer de braquet pour rejoindre le podium des villes cyclables.

L’enquête du baromètre est un grand succès

Avec 5000 réponses pour Lyon, les cyclistes de la métropole se sont massivement mobilisés, preuve d’une forte appétence pour la solution vélo. Les usagers du vélo qui ont répondu sont à l’image de la ville. Plutôt jeunes (55 % des répondants ont moins de 35 ans), à presque égalité femme-homme (42 % de femmes). Les répondants affichent pour 76 % d’entre eux un bon niveau de pratique. Et les résultats ne mettent donc pas en avant les difficultés des personnes éloignées du vélo.

Pour Joseph D’halluin, co-président de Pignon sur Rue « ces résultats sont extrêmement intéressants pour améliorer la politique métropolitaine du vélo. Toutefois, en tant qu’association de promotion du vélo, nous voulons également toucher les personnes les plus éloignées du vélo, les seniors, les enfants. C’est pour cela que notre Maison du Vélo propose un large panel de services et de conseils pour accompagner les plus novices et vulnérables de nos concitoyens vers la solution vélo. »

Des signaux positifs de la part des cyclistes

Les répondants mettent unanimement en avant les réussites du territoire. Notamment l’accès à un vélo de location obtient une note de 4,9/6. Les efforts réalisés par la collectivité au cours des dernières années sont salués avec une évaluation à 3,9/6. Tout comme la qualité de l’entretien des aménagements cyclables existants.

Fabien Bagnon, co-président de La Ville à Vélo, l’explique ainsi « Personne ne peut nier l’engagement de la métropole sur le vélo lors de ce mandat. Et les répondants le voient bien. Mais cet engagement ne permet pas de rattraper notre retard par rapport à des territoires engagés depuis plus longtemps. »

Comment faire de Lyon une ville réellement cyclable ?

  • 79 % des répondants demande spécifiquement la réalisation d’un réseau cyclable complet et sans coupures. En effet, le territoire reste marqué par de nombreux points compliqués à franchir, dont la Part-Dieu.

 

  • Autre point crucial d’amélioration, l’insécurité. Les répondants sont plus de 75 % à être témoin de stationnement gênant de véhicules motorisés sur les itinéraires cyclables et divers incivilités. Pour lutter contre les incivilités, Pignon sur Rue veut jouer sur la sensibilisation de tous les usagers de la rue. « Cyclistes compris » ajoute Joseph D’halluin. « La transition vers une ville 100 % cyclable et marchable requiert un travail de pédagogie que nous menons en coopération avec la Métropole ». Pour Julien Mazille, co-président de La Ville à Vélo « les incivilités des conducteurs de véhicules motorisés représentent un danger intolérable pour les usagers, surtout les plus vulnérables. De ce fait, nous attendons une réaction à la hauteur de l’enjeu. À la fois de la part de la Préfecture et de la Police Municipale. »

 

  • Le vol de vélo reste également une crainte majeure. Le déploiement d’arceaux vélo et la prévention, comme avec la campagne « Touche pas à mon vélo » ne compenseront pas à eux seuls le phénomène. Pour La Ville à Vélo, les communes doivent déployer du stationnement sécurisés massivement.  « Le projet de la Part-Dieu ne prévoit qu’à peine 1000 places, alors qu’on peut anticiper une hausse forte de la pratique cyclable. Et c’est cette pratique qui permettrait de fluidifier les transports en commun saturés. Or, sans garantie de retrouver son vélo, les lyonnais hésiteront ».

La suite du baromètre : Vers une stratégie vélo beaucoup plus ambitieuse ?

Alors pour rejoindre le podium du baromètre des villes cyclables, quels sont les chantiers prioritaires ?

  • Un véritable Plan Vélo, plus ambitieux que l’actuel Plan d’Actions pour les Mobilités Actives.
  • Un réseau avec des axes structurants confortables et rapides.
  • Le vélo doit être un objet de mobilité bien identifié par tous les grands lyonnais.
  • Le vélo doit être accessible à toutes et tous et partout sur le territoire. Nous devons voir plus de cyclistes dans les villes des communes de petite et grande couronne. Et plus d’enfants, plus de seniors.

Et, Joseph D’halluin, optimiste, de conclure. « Il faut renverser la logique : La voiture est encore favorisée par rapport à tous les autres modes. Mais le vélo est en train de devenir une coutume lyonnaise. Au-delà des Vélo’v, nous avons beaucoup d’atouts à faire valoir.»

 

Pour aider nos associations dans leurs actions, vous pouvez aussi rejoindre le mouvement cycliste :

Envie d’accompagner au changement de pratiques ? Devenez moniteur.trice de vélo-école, encadrez les vélo-parades. Ou encore aidez Pignon sur Rue à développer de nouveaux services au sein de la future maison du vélo (atelier mécanique, point info-vélo, etc…).

Envie de défendre des aménagements cyclables de qualité ? Rejoignez l’un des groupes locaux de La Ville à Vélo, qui intervient auprès des élu.e.s et des aménageurs pour des politiques publiques réellement favorables au vélo.

4 réponses à “Baromètre des villes cyclables : Résultat moyen pour Lyon

  1. Merci La Ville à Vélo et Pignon sur Rue pour ce qui vous fâites pour nous tous ! Oui il y a encore du travail et notamment dans les communes de périphéries qui ont grandement besoin d’alternatives aux voitures pour se désengorger aux heures de points et respirer. Pouvoir mettre son vélo sur les rails (train, vélo) est vraiment nécessaire avec le déployment des parcs sécurisés.
    Pour les problèmes de civilités, je pensais à une campagne de pub « choc » où on rappellerait le risque judiciaire (6 mois de prison + amende salée de mémoire suite au procès d’un automobiliste qui a causé la mort d’un cycliste en se garant sur la bande cyclable). Camapagne valable aussi pour les piétons !! A bon entendeur.
    Anne

  2. Merci pour cette enquête et ses attendus.
    Il est regrettable toutefois que seule la ville de Lyon tire son épingle du jeu et continue à être montrée comme le bon élève ; l’arbre cache la forêt de l’immense périphérie et de la multitude de communes qui sont le parent pauvre de la circulation à vélo. Or c’est dans cette périphérie que vit la majorité de la population (celle qui n’a pas les moyens d’habiter intra-muros) et qui, devant la quasi absence d’infrastructures cyclables, n’a d’autre alternative que les transports en commun ou la voiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *