Pignon_sur_rue_portrait_josette_reve_apprendre_velo

Portrait : Josette réalise un rêve en apprenant à faire du vélo à 50 ans passés…

Josette a, comme on dit, découvert le vélo sur le tard. En effet, à 50 ans passés, elle décide de réaliser un de ses rêves en apprenant à faire du vélo. Aujourd’hui, elle est l’une des plus fidèles participant.e.s aux sorties vélo organisées par les associations lyonnaises.

« Quand j’ai rejoint Lyon Vélo, ils ne savaient pas que je n’étais pas encore très à l’aise à vélo. Ils nous ont embarqué à Miribel Jonage un jour de canicule. J’ai en bavé et en plus j’avais un vélo ‘tocard’ comme pas possible. Mais j’y suis tout de même retournée et je n’ai plus manqué une seule sortie. »

Pour Josette, faire du vélo, c’était un « rêve de toujours » !

Alors il y a une petite dizaine d’années, elle s’est dit qu’il allait falloir apprendre. « Je me suis mise sur Internet en me disant qu’il existait des auto-écoles. Alors pourquoi pas des vélo-écoles… Et là j’ai vu que près de chez moi, il y avait une vélo-école, [animée par] Pignon sur Rue. J’y suis allée et je leur ai dit : « Surtout ne riez pas, j’ai vu vos propositions pour les cours de vélo. Est-ce qu’éventuellement je pourrais en prendre ? ». Mais ils n’ont pas ri, les cours étaient pour tous les âges. »

À partir de ce moment là, Josette devient une élève assidue, « Au début on faisait juste le tour du parc [de la Tête d’Or]. Puis on a osé sortir pour revenir par l’avenue du Général de Gaulle. C’était formidable ! Mais quand j’ai su faire du vélo, j’étais désespérée car je n’avais pas d’ami.e.s qui en faisait. ». Elle découvre alors les sorties organisées par les associations vélos et n’en manque pas une, même la balade nocturne « Cela me faisait un peu peur mais il y avait un formidable bénévolat. On avait presque un bénévole par personne, c’est pour dire ! »

Des balades à la Tête d’Or à l’organisation de randonnées vélo

Petit à petit, Josette s’équipe pour de plus longues sorties : de bonnes chaussures, un collant pour l’été et un autre pour l’hiver, des gants et un casque. Côté monture, elle choisit un VTC, le plus léger possible et un compteur parce qu’elle aime bien connaître sa vitesse et savoir combien de kilomètres elle a pédalé.

Aujourd’hui, elle part régulièrement en train + vélo. « C’est la liberté, on prend le vélo et on va découvrir les environs. » Avec son abonnement TER, Josette a pris une consigne à vélo car elle avoue avoir eu plein de problèmes : « J’ai préféré prendre un abonnement à la gare Saint-Paul. C’est sécurisé et même à l’intérieur il n’y a pas de vol. Si on oublie quelque chose, ça m’est arrivé plusieurs fois, on le retrouve toujours. ».

En pratiquant régulièrement, Josette a acquis une confiance et une assurance dont elle ne se serait pas crue capable. Si bien que l’élève a désormais pris en main l’organisation de sorties « Maintenant, je prends plaisir à organiser des balades. Et une fois par an on part pour huit jours en randonnée à vélo ! »

Et de conclure : « Dire que j’ai découvert le vélo grâce à Pignon sur Rue ! C’est pour ça que je me suis proposée pour faire les Bourses aux Vélos : vous m’avez aidé alors je vous rends l’ascenseur. Il ne faut pas toujours recevoir, il faut savoir donner. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *